Télévision : Cherif, une fin de saison à couper le souffle 6


Paris 9e, lundi 30 janvier. Une poignée de chanceux découvre, en avant-première, la fin de la quatrième saison de Cherif, série diffusée par France 2 les vendredis soir. Récit d’une après-midi policière placée sous le signe de l’humour.

Otages : Alors qu’Adeline avance de façon décisive dans l’enquête concernant le meurtre de son frère, Kader et le commissaire Doucet sont pris en otage par Bruno Portal. En fuite, il est accusé d’avoir assassiné sa fille Emma. Il est convaincu que seuls les capitaines Cherif et Briard peuvent prouver qu’il est innocent et découvrir l’identité du véritable coupable.

Que justice soit faite : Maître Ruffo, avocat du principal suspect dans la mort du frère d’Adeline, a été assassiné dans son étude. Alors que Cherif et Briard commencent à enquêter, Sylvie Delmas, secrétaire générale d’Interpol à Lyon, est co-saisie du dossier. Manipulatrice et corrompue, elle veut empêcher les deux capitaines de police de remonter jusqu’à elle. Une véritable course-poursuite s’engage. Au bout du chemin, plus rien ne sera jamais comme avant pour Kader et Adeline…

Au cœur du 9e arrondissement de Paris, la SACD se cache, au fond d’une cour privée. Aucun invité n’a encore fait son apparition. La grille d’accès est ouverte. Trois jeunes femmes patientent dans la courette pavée, les montres affichent 13h45. Sur les façades des deux bâtiments, deux plaques rouges “Maison des Auteurs” trônent fièrement. L’attente débute alors dans le froid. Elle se poursuit au chaud, devant le Café des Auteurs. Par petits groupes, les “cheriffettes” (la joyeuse troupe de fans de Cherif ne compte que peu d’hommes) animent le petit espace. Elles croient reconnaître Søren Prévost (Tom Duval, saison 3, 2 épisodes). Les conversations reprennent, avant que la salle de projection accueille son public les portes ouvertes. Chaleureuse et intimiste, elle offre une atmosphère feutrée par l’intermédiaire de lumières tamisées à celles et ceux qui franchissent la porte d’entrée. Désormais animée, la salle n’attend plus que les équipes artistique et technique, ainsi que  le coup d’envoi des deux épisodes tant attendus. Les élans de joie d’une petite fille ponctuent l’arrivée des acteurs, particulièrement lorsqu’elle aperçoit Elodie Hesme (Oh, c’est la maman de Sarah !) ou Carole Bianic (C’est Adeline Briard !). Ravie, tout comme l’ensemble des personnes présentes, elle passera un beau moment qu’elle n’est pas près d’oublier. L’instant d’après, Lionel Olenga et Stéphane Drouet lançaient brièvement les deux inédits. Dès lors, François Bureloup ambiance la petite salle cosy. Il poursuivra ses parenthèses humoristiques tout au long de la projection, y compris pendant la courte pause entre les épisodes : C’est bon, vous pouvez y aller ! C’est fini ! En réaction, un rire général résonnera à chacune de ses interventions.

Les lumières s’éteignent et laissent place aux situations tendues, issues des enquêtes policières, sans pour autant négliger les pointes d’humour qui font l’originalité de la série (les cheriferies de Kader, les blagues de Baudemont). Les scénarios sont bien ficelés. Deviner ce qui se passera la minute suivante est illusoire, en témoigne la réaction d’une cheriffette à la fin de l’épisode 10 : Et là, c’est cliffhanger ! Eh bien non, l’épisode suit son cours sans laisser de répit. Les enquêtes sont plus surprenantes les unes que les autres, les dénouements inattendus, la qualité de l’écriture ne cesse de s’approcher de la perfection, les dialogues sont fins et drôles. Le savoureux mélange polar/comédie est une nouvelle fois réussi. Les cœurs palpitent jusqu’à la dernière seconde, au rythme des nombreux rebondissements. Côté musique, Christophe La Pinta a su trouver les notes idéales afin d’accompagner les intrigues. Elles amplifient la tension palpable depuis le début des épisodes. Le public est sur le qui-vive, l’attention est à son comble à chaque instant. Aucun accompagnement musical n’est superflu, mettant les dialogues en valeur. Les acteurs, quant à eux, excellent et séduisent par leur talent. Par leurs jeux sans rature, ils servent avec art la série, leur permettant de gravir les échelons vers la plus haute marche de la qualité. Un bon augure pour la saison 5, en cours de préparation, et dont le tournage débutera fin mars.

Les lumières se rallument. La saison s’achève par la montée sur scène des équipes : Stéphane Drouet (producteur), François Bureloup (Joël Baudemont), Elodie Hesme (Déborah Atlan), Michel Lerousseau, Lionel Olenga (créateur de la série et producteur artistique), Carole Bianic (Adeline Briard), Catherine Marchal (Sylvie Delmas), Guillaume Faure (Commandant Dupré), Greg Germain (Jean-Paul Doucet) et Benjamin Baroche. Face à l’absence de questions, ils quittent l’estrade sous les applaudissements et se mêlent aux fans. Disponibles jusqu’au bout, ils acceptent les photos et/ou les dédicaces. De quoi donner des sourires d’enfants à chacun, des étoiles pleins les yeux, et des souvenirs gravés.

La saison 4 de Cherif a répondu aux attentes qualitatives. Par ce final surprenant, les scénaristes annoncent une cinquième saison d’une qualité similaire voire supérieure à la quatrième, si cela est possible, tant la barre est placée très haut. Le duo-choc d’enquêteurs, les scènes devenues cultes, l’humour bien dosé, la qualité sans égale, font que la série a encore de beaux jours devant elle !

Cherif  (Otages et Que justice soit faite), deux épisodes réalisés par Chris Briant • Une série créée par Lionel Olenga, Stéphane Drouet et Laurent Scalese • Avec Abdelhafid Metalsi, Carole Bianic, François Bureloup, Elodie Hesme, Greg Germain, Vincent Primault, Catherine Marchal, Arnaud Binard… • 2×60 minutes • Diffusion sur France 2 le 3 février 2017.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Télévision : Cherif, une fin de saison à couper le souffle

  • Luenilda Araujo

    Parabéns aos escritores, atores e demais profissionais que fazem essa serie policial leve, atrativa mas também comprometida com questões sociais atuais que permeiam o cotidiano de varias sociedades do planeta ao tempo em que nos fazem sentir também um pouco cidadãos de Lyon. Merci

  • Marty Renee

    vivement la cinquième saison de “Chérif”, j’aime cette série, de bons comédiens pas de brutalité? très rare maintenant, félicitations aux créateurs, Merci

    • Lyse. Auteur de l’article

      Vous pouvez demander une photo dédicacée à l’adresse suivante :
      Agence artistique ART 7 – Ghislaine MALATERRE
      A l’attention de Monsieur Abdelhafid METALSI
      11 rue du Bouloi
      75001 Paris
      Je vous conseille de joindre une enveloppe timbrée et libellée à votre nom, mais je ne garantis pas la réponse de l’intéressé…

  • Sam*

    Après avoir vu les deux derniers épisodes de la saison, je comprends la tension dont tu parles ! C’est une série remarquable ! Et ton papier l’est tout autant. Bravo jeune fille !