Cinéma : Le monde est à toi, un thriller surprenant


Huit ans après Notre jour viendra, Romain Gavras signe son second long métrage, Le monde est à toi. Devant sa caméra sont réunis, entre autres, Vincent Cassel et Isabelle Adjani, deux pointures du cinéma français. En salles le 15 août.

François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Danny, sa mère, a dépensé toutes ses économies. Poutine, le caïd lunatique de la cité, propose à François un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage s’en mêle, rien ne va se passer comme prévu !

Surprenant est le premier mot qui s’immisce dans le cerveau du spectateur. Le monde est à toi est un ovni cinématographique, un film inclassable. Il oscille entre le film noir et la comédie, à la fois violent et touchant. Il narre le quotidien de jeunes de cité, entre famille, amour et amitié, le tout enrobé d’un look identifiable et d’un code de l’honneur un peu particulier. Cet ensemble de 94 minutes prouve que les auteurs ont effectué un travail de documentation important sur le milieu lors de l’écriture du scénario.

Ce scénario se veut habile : aucun spectateur n’a vu la fin venir. Entre la première séquence et le final inattendu, Romain Gavras a dressé le portrait d’une société parallèle, où la loi du plus fort, du plus offrant, est celle qui règne. Il décrit les manipulations et les risques de choisir cette vie plutôt qu’une existence bien rangée. Il s’en amuse. Il place sur la plus haute marche du podium le confort de vie et ratatine la folie des grandeurs. Par ailleurs, il tourne en dérision le monde de la drogue, des dealers, et démontre que toute forme de violence est inutile. Derrière la naïveté de François (Karim Leklou) se cache une force et une intelligence insoupçonnable, ainsi qu’une morale : réussir sans arme, ni haine, ni violence. Un comique de répétition rythme ce polar relativement soft, avec Henry (Vincent Cassel), à fond dans les théories du complot, ne jurant que par les Illuminati, croyant à la lettre tout ce qui circule sur Internet. Chaque plan, chaque détail, ont leur importance. François, en apparence enfermé dans sa bulle (surtout dans les jupons de sa mère), s’émancipe progressivement et finira par vivre la vie qu’il a rêvée et choisie. Le long métrage est un parcours initiatique vers la liberté, où se détacher d’une mère possessive, étouffante et égocentrique est une nécessité. Une liberté qui ne s’acquiert qu’après être parvenu à mettre de côté le chantage affectif opéré par Danny. Enfin, Le monde est à toi peut apparaître comme une critique de la violence envers les animaux, envers les différentes formes d’annihilations, envers le terrorisme.

Afin de servir ce récit, le cinéaste s’est entouré d’acteurs impressionnants. Isabelle Adjani, à contre-emploi, est exceptionnelle, Vincent Cassel est brillant en homme paranoïaque, et Karim Leklou, tout comme ses camarades, est attachant en asocial plus nounours que chien enragé. Le spectateur se prend d’affection pour ces jeunes à la dérive, même si, dans un premier temps, ceux-ci sont antipathiques. Le public est touché par leur détermination à changer de vie, leurs faiblesses, et par ce masque de violence qu’ils portent en eux dans le but d’exister, de survivre, au cœur de ce monde gangrené par les trafics et les coups. L’ensemble des personnages évoluent dans une mise en scène qui les met en valeur, en particulier Lamya (Oulaya Amamra), érigée en naïade des temps modernes. Parfois, le réalisateur modifie le sens des décors. Par exemple, la nuit n’est pas un lieu de fête mais d’angoisse, de trahison. Le film tient sa cohérence du montage, efficace, qui ne laisse aucun répit aux spectateurs. Dommage que certaines ellipses temporelles soient imprécises. La musique agresse les oreilles de temps à autre, sans pour autant déranger, comme si la volonté de l’équipe technique était d’embarquer le public dans cette folle aventure de Mr Freeze au Maghreb, de l’ériger en personnage secondaire, en témoin d’une ascension sociale.

Original, inattendu, surprenant, Le monde est à toi est un film d’espoir, de foi en l’avenir. Il incite à croire en ses rêves. Il a en ligne de mire la violence, inutile. Un bon thriller, présenté en mai dernier lors de la Quinzaine des réalisateurs. Prochainement au cinéma.

Le monde est à toi, un film de Romain Gavras • Avec Karim Leklou, Isabelle Adjani, Vincent Cassel, Oulaya Amamra, François Damiens, Philippe Katerine, Sam Spruell, Gabby Rose, Sofian Kahmmes, Mounir Amamra, Mahamadou Sangare… • 1h34 • Sortie le 15 août 2018.

Le monde est à toi

7.9

Réalisation

8.0/10

Scénario

6.5/10

Dialogues

9.0/10

Interprétation

8.0/10

Pros

  • D'excellents acteurs
  • Une belle mise en scène
  • Des moments drôles

Cons

  • Parfois un peu violent
  • Manque d'explications de certaines scènes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *