Lu et approuvé : Älskaren Från Huvudkontoret (Un cri søus la glace) – Camilla Grebe


Spoiler alert : l’avis contient des informations sur le déroulement et le dénouement du roman.

Avis

Si les premiers chapitres se lisent difficilement – le temps de s’adapter à la triple narration -, Älskaren Från Huvudkontoret est une lecture sympathique. Le récit est prenant, une fois que le lecteur est complètement entré dans l’histoire, qu’il a apprivoisé les différents points de vue, et qu’il a cerné l’ensemble des personnages en présence. Ces trois points de vue (Emma, Peter et Hanne) perturbent, d’autant que les actions sont parfois répétées. Cela ne facilite pas la compréhension. Le lecteur peut être perdu dans le fil des péripéties. À cette difficulté s’ajoutent les deux chronologies qui évoluent en parallèle.

Presque parallèles, en réalité. Les deux espaces temps se réunissent à la fin du roman. L’un suit l’enquête, de la découverte du cadavre à l’identification du meurtrier, l’autre suit Emma, avant la disparition de son fiancé. Cette affaire criminelle permet à l’auteur d’aborder un sujet méconnu ou incompris, l’érotomanie, qui est un danger pour la personne malade, mais aussi pour l’objet de ses fantasmes. Autre thème sensible mis en avant, les abus sexuels et leurs conséquences sur les victimes. Le puzzle se construit progressivement. L’auteur maintient un doute raisonnable quant à l’identité de la victime à la tête coupée, et celle du tueur. Peu à peu, le profil du meurtrier se dessine, et deux questions se posent : jusqu’où la déformation de la vérité peut mener ? Et quelles peuvent être les réactions d’une victime face à son bourreau ? Camilla Grebe plonge le lecteur dans le passé trouble de ses héros, multipliant les ramifications autour des personnages, dans ce passé, mais aussi dans le présent. Cette complexité se retrouve dans le plan redoutablement efficace du meurtrier pour éliminer ses victimes. Un personnage machiavélique caché derrière un visage d’ange.

Une chose est certaine, le suspens est maintenu jusqu’aux dernières pages, moment où est dévoilé le nom de la première victime. Dès lors, les révélations pleuvent. Le lecteur comprend alors qu’il a été manipulé par Camilla Grebe. Tout le menait à une conclusion… erronée. Cela permet de souligner l’habileté de l’auteur, dont l’écriture dense reste facile à lire. Beaucoup d’informations sont données en même temps. Pour le lecteur, ces détails sont intéressants à lire. Ils immergent le lecteur à Stockholm, lieu de l’action, avec les enquêteurs.

Älskaren Från Huvudkontoret est un excellent roman policier, un suspens psychologique savamment écrit par Camilla Grebe. Brillant !

Résumé

Emma, jeune Suédoise, a un secret : son patron Jesper, qui dirige un empire de mode, lui a demandé sa main, mais il ne veut surtout pas qu’elle ébruite la nouvelle. Deux mois plus tard, son fiancé disparaît sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée. Personne ne parvient à l’identifier.

Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, font équipe pour enquêter. Or ils ne se sont pas reparlé depuis leur rupture amoureuse dix ans auparavant. Et Hanne dissimule aussi un secret : elle vient d’apprendre qu’elle est malade.

Dans un Stockholm envahi par la neige, un étourdissant récit à trois voix prend forme. Chaque personnage cache ses propres zones d’ombre. À qui donc se fier ?

L’auteur

Diplômée d’une école de commerce de Stockholm et fondatrice de la maison d’édition Storyside spécialisée dans le livre audio (dont elle est la directrice marketing et la directrice générale), Camilla Grebe est connue en Suède pour sa série de polars, écrite avec sa sœur Åsa Träff, et ceux écrits avec un ami, Paul Leander-Engström. Älskaren Från Huvudkontoret est son premier roman en solo. Paru en 2015 aux éditions Wahlström & Widstrand, il est devenu un best seller. Il est publié pour la première fois en France sous le titre Un cri søus la glace, par Calmann-Lévy en 2017.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *