Les annulations de spectacles


Par deux fois ces temps-ci, j’ai assisté à de chouettes représentations… qui se termineront plus tôt que prévu. Aïe… Une mauvaise nouvelle pour les artistes participant aux projets… Quelle tristesse de voir ce genre de choses ! C’est si courant, et cela passe inaperçu… Tellement inaperçu que, face à l’absence de public, les rideaux se baissent dans une indifférence totale… Pourtant, les deux exemples sont complètement différents. Comme quoi, un rien peut réduire une œuvre à l’ombre…

Dans le premier cas, la promo a été dingue, les artistes étaient partout, les réseaux sociaux s’affolaient. Tout était réuni pour que le spectacle soit un succès ! Mais cela n’a pas suffit. La comédie musicale a quitté l’affiche un mois et demi avant la date initiale. Un semi-échec… Comme toute œuvre, elle a subi des critiques élogieuses et mauvaises, mais l’ensemble était positif. Les médias étaient unanimes quant à la qualité de la pièce. Alors pourquoi un public absent ?  Peut-être pour des raisons économiques. Encore que, le prix n’était pas si élevé que ça (23€, c’est raisonnable, quand on voit les moyens nécessaires pour qu’un tel spectacle se monte). Peut-être le manque de têtes d’affiche. Là encore, pas sûre que ce soit une raison (Anaïs Delva, quand même, elle fait tourner la tête des mômes avec Libérée, délivrée). Ou alors, il n’y a pas de raison, tout simplement. Parfois, un échec ne s’explique pas. Franchement dommage pour les comédiennes chanteuses et l’ensemble de la troupe !

Dans le second cas, les raisons des annulations sont… logiques. Malheureusement… Contrairement au premier exemple, cette pièce n’a pas bénéficié de réelle promo. Seuls les artistes eux-mêmes ont évoqué le spectacle sur leurs réseaux sociaux, ainsi que quelques spectateurs, à travers des blogs ou des critiques postées sur des sites de réservation en ligne. Même la page Facebook officielle du théâtre n’a pas publié de billet sur le projet ! Pour le coup, c’est une honte… S’ils voulaient couler l’œuvre, c’est réussi… Résultat, la moitié des séances est supprimée, et la dernière est avancée de plusieurs semaines. Et encore, le jour n’est pas venu, c’est-à-dire que le théâtre peut décidée, une nouvelle fois, de raccourcir l’exploitation et de supprimer d’autres représentations. Ce que je n’espère pas, bien évidemment… Je trouve ça dég***lasse pour les artistes qui s’investissent à chaque fois (désolée pour le vocabulaire)…

Annulations après annulations, les œuvres théâtrales tentent, tant bien que mal, d’exister. Les spectacles les plus vus, ce n’est pas un secret, sont ceux qui bénéficient d’un matraquage médiatique. Les autres essaient de résister. Parfois, ils y parviennent, grâce au bouche à oreille efficace. Parfois, ils sombrent… Vous allez le dire “c’est la même chose au cinéma”. Eh bien pas vraiment ! Au moins, les films sont édités en DVD. Ils ont une seconde vie. (Il y a aussi le streaming, mais chut !) Pas les pièces de théâtre… Ni DVD, ni deuxième vie, ni streaming… Autrement dit, aux oubliettes, faute de public (et de promo)…

Chers artistes, malgré ces moments difficiles, continuez de nous émouvoir !

Lily.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *