Les armes à feu


18. C’est le nombre affolant de tueries dans les établissements scolaires états-uniens depuis le début de l’année. Des morts qui auraient pu être évitées, si le gouvernement américain avait supprimé, depuis longtemps, ce fichu deuxième amendement de la Constitution. Au pire, s’il l’avait un peu modifié…

A well regulated militia, being necessary to the security of a free state, the right of the people to keep and bear arms, shall not be infringed.
(Une milice bien organisée, étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit du peuple de garder et de porter des armes, ne doit pas être transgressé.)

Merci la NRA… Parce que lors de sa rédaction, cet amendement du Bill of Rights of the United States of America ne signifiait pas du tout la même chose. Jusqu’en 2008, l’amendement permettait aux États de maintenir “une milice bien organisée”. Le sujet principal de l’amendement, quoi. Mais coup de théâtre : cette même année, sous la pression de la National Riffle Association, la Cour suprême conclut que la Constitution ne permet pas à un État d’interdire la vente d’armes aux civils. En effet, pour la NRA, interdire le port d’armes est anticonstitutionnel. Le lobby a réussi son coup : désormais, chacun est libre d’avoir une arme sur lui afin de se défendre. Au nom de leur chiffre d’affaire, la NRA préfère voir des morts. Un compte bancaire bien garni prime sur la vie des citoyens américains. Elle est belle, l’Amérique…

Alors, toujours en faveur du American way of life ?

Lily.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *