Arts : Charleville-Mézières au rythme des marionnettes


Tous les deux ans, pendant neuf jours, Charleville-Mézières (Ardennes) revêt ses costumes et dédie ses rues au Festival mondial des théâtres de marionnettes. Rien que ça. L’occasion de faire découvrir cet art à un large public venu du monde entier.

Un programme IN, un programme OFF, des spectacles de rues gratuits, des spectacles en salles payants, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. À l’origine de ce festival, une association, les Petits comédiens de chiffons. Né en 1961, ce rendez-vous biennal réuni pas moins de 30 nations et près de 150 compagnies.

Les coins de rues s’animent au rythme des représentations : des spectacles d’une dizaine de minutes, destinés aux petits et aux grands. En cet après-midi frais et ensoleillé, les écoles des environs représentaient la majorité du public. Des bambins impressionnés, parfois apeurés, souvent contents. Les artistes dévoilent leur talent : magie, manipulation de marionnettes, cirque… Ils émerveillent tous ceux qui croisent leur chemin.

Les plus impressionnants sont, évidement, les animateurs de figurines en bois. Grâce à leur agilité, ils donnent vie à ces pantins articulés. Une croix en bois, des fils (jamais emmêlés !) et de la dextérité, tels sont les ingrédients nécessaires afin de créer l’illusion. Ainsi, Eduard sort de sa tombe, s’effondre, pédale à vive allure sur son vélo, se recouche. Ou encore cette espèce d’elfe en bois qui échange avec les enfants sagement assis devant lui. Les marionnettes marchent, courent, balancent leurs bras le long de leur corps. Elles attirent le regard.

Avant d’arriver à Charleville-Mézières, elles en ont fait, du chemin ! Certaines ont parcouru des milliers de kilomètres avant de battre le pavé carolomacérien. Ville qui n’a pas été choisie par hasard. En effet, la cité d’Arthur Rimbaud est la capitale mondiale des arts de la marionnette, où l’unique école de marionnettes en France a été ouverte en 1987. Elle forme, pendant trois ans, les futurs artistes-marionnettistes et délivre un diplôme d’État. Le nouveau bâtiment a été inauguré en septembre 2017.

Achevé depuis le 24 septembre, le Festival reprendra ses droits à l’automne 2019.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *