Val et le don d’organes


Au même titre que le don de sang, le don d’organes peut sauver des vies ! Et comme pour le don de sang, votre choix vous appartient et il doit être respecté.

En ce qui concerne le don de sang, c’est simple : soit vous allez donner votre sang, soit vous n’y allez pas. Vous êtes libre de faire ce que vous voulez.

Mais pour le don d’organes, la tâche est difficile. Car si vous donnez un organe, en règle générale, c’est que vous êtes mort (ou plus précisément, en état de mort cérébrale, condition nécessaire au don). Vous ne pouvez donc plus exprimer votre volonté… Alors avant que la faucheuse vous coupe l’herbe sous le pied, parlez-en ! Dites à votre entourage ce que vous souhaitez, en cas de décès.

Si vous êtes donneur, n’hésitez pas à le dire à vos proches. Rédigez également un document autorisant le prélèvement d’organes lors de votre décès. Vous pouvez aussi télécharger votre carte de donneur, même si elle n’a aucune valeur légale. Gardez-la avec vos papiers officiels ! Cela évitera à votre famille de choisir à votre place, ou de refuser un don alors que vous n’y étiez pas opposé. Ces démarches ne sont pas obligatoires, car tous les citoyens sont présumés donneurs d’organes et de tissus tant qu’ils ne s’inscrivent pas sur le registre des refus.

Si vous n’êtes pas donneurs, dites-le haut et fort ! Rédigez un document informant votre refus. Et surtout, inscrivez-vous sur le registre national des refus, consulté immédiatement par les médecins des hôpitaux dès qu’un patient est en état de mort cérébrale. Ainsi, votre volonté sera respectée. N’oubliez pas d’agir avant qu’il ne soit trop tard !

Quelle que soit votre décision, elle vous appartient, et personne n’a le droit de vous juger.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *