Cinéma : Le retour du héros, le récit d’une imposture bourgeoise 1


Brillant militaire ou charmeur inconditionnel ? Ce héros/escroc, campé par Jean Dujardin et accompagné par Mélanie Laurent et Noémie Merlant, fait des salles obscures son champ de bataille. Actuellement au cinéma.

Elle est droite, sérieuse et honnête. Il est lâche, fourbe et sans scrupules. Elle le déteste. Il la méprise. Mais en faisant de lui un héros d’opérette, elle est devenue, malgré elle, responsable d’une imposture qui va très vite la dépasser…

 Ah, la guerre… Elle détruit tout sur son passage, y compris les rêves d’avenir. Si le sujet semble dramatique au démarrage du film, la comédie prend le dessus rapidement. En effet, un mensonge, en apparence parfait, vire au cauchemar. Que reste-il des récits militaires, imaginés par Elisabeth ? Débutent alors les joutes verbales, ainsi que les comiques de situation et de répétition, savamment orchestrés par Laurent Tirard. Jusqu’au dénouement, laissant sur leur faim les spectateurs : l’histoire se répète-elle ? À vous de voir si vous êtes romantiques, ou non. Elisabeth l’est résolument, même si elle prétend refuser le mariage. Face à sa droiture et son honnêteté, le capitaine Neuville, un militaire lâche. Alors, héros ou escroc ?

Héros. Capitaine. Ses connaissances lui permettent de narrer des faits militaires sans tomber dans le ridicule. Cette aisance fait de lui un excellent conteur. Homme à femmes, dragueur, il est rattrapé par sa fiction. Ces récits héroïques, fidèlement inspirés des soi-disant lettres écrites par sa main, lui permettront-ils de garder son costume de héros ? Son honneur et son avenir en dépendent.

Escroc. Sous son armure de militaire médaillé, le capitaine Neuville s’enfonce dans le mensonge, initié par Elisabeth. Cette dernière tente de lui faire cesser le carnaval d’inepties. Prise à son propre piège, elle est contrainte de subir ses balivernes.

Le brio des scénaristes (Laurent Tirard et Grégoire Vigneron) perd le public. La frontière entre réalité et fiction est si ténue qu’elle semble invisible. Chaque détail a son importance. Face à ce long métrage, le spectateur doit nécessairement être attentif à tout s’il ne veut pas perdre une miette de la mascarade. Le retour du héros n’est pas une simple comédie. Tout est finement écrit. Les répliques magistrales servent les situations cocasses. Au détour des dialogues, les compères d’écriture glissent des références actuelles, qui ne manquent pas de provoquer une énième fois les rires de l’assistance. Madoff n’a rien inventé avec sa pyramide, et Elisabeth est une avant-gardiste, féministe avant l’heure, refuse les codes sociétaux de son époque et souhaite l’égalité des revenus.

Cette œuvre en costumes se situe entre la comédie et le suspens, à cheval entre long métrage historique et film de cape et d’épée. Elle bénéficie du talent d’acteurs excellents. Le duo Jean Dujardin-Mélanie Laurent fonctionne à merveille. Les deux acteurs s’en donnent à cœur joie et rendent plus vraies que natures ces séquences jubilatoires où leurs personnages se crêpent le chignon. Noémie Merlant et Christophe Montenez complètent brillamment la distribution.

Drôle, touchant, avec une touche de drame, Le retour du héros divertit. À voir en famille ou entre amis, afin de passer un agréable moment cinématographique.

• Le retour du héros, un film de Laurent Tirard • Avec Jean Dujardin, Mélanie Laurent, Noémie Merlant, Christophe Montenez, Evelyne Buyle, Christian Bujeau, Féodor Atkine… • 1h30 • Sortie le 14 février 2018.

Le retour du héros

9.8

Réalisation

9.5/10

Scénario

9.5/10

Dialogues

10.0/10

Interprétation

10.0/10

Pros

  • Un bon scénario
  • Un duo d'acteurs drôle
  • D'excellents dialogues
  • Un héros attachant

Cons

  • Quelques longueurs

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Cinéma : Le retour du héros, le récit d’une imposture bourgeoise