Patiner sur un lac gelé


Chouette expérience ! Mais vous avez intérêt à avoir le cœur bien accroché, si vous n’êtes pas coutumier de ce loisir.

Ah l’hiver, ses paysages enneigés, ses bonhommes tout blanc, ses gros flocons. Et ses lacs complètement gelés. Honnêtement, qui n’a jamais voulu marché sur l’eau (glacée) ? Perso, je suis directement passée au niveau supérieur, à savoir, faire du sport sur une glace éphémère. Déjà, avec des patins aux pieds, je ne brille pas d’aisance. Mais alors sur un lac, ordinairement navigable, encore moins ! Je tremblais comme une feuille morte prête à tomber de son arbre.

Lors de mon premier pas sur la glace, je n’en menais pas large. Je n’avais qu’une crainte : que la couche gelée se rompe sous mon poids ! Et pourtant, je ne suis pas bien lourde. Fallait voir les fissures un peu partout. Ce n’était pas très rassurant ! D’autant que par endroits, la glace était translucide. Autrement dit, on pouvait voir les eaux non gelées du lac tant la glace était fine. Ouais bah ça fait flipper ça. Et si à ça vous ajoutez les bruits d’une glace qui se fend, vous n’avez qu’une envie : vous réfugier sur le sable (qui paraît étrangement TRÈS éloigné, d’un coup). Et vite !!

J’ai pris mon courage à deux mains (notez que l’expression ne veut rien dire si on en cherche la signification littérale), et je me suis lancée. Aucun regret ! Bon, j’admets, l’apprenti-hockeyeur à quelques mètres de moi m’a rassurée. Il allait si vite ! C’est qu’il n’y avait aucun danger, même en cas de chute. Alors, hop, c’est parti !

Au final, même si le soleil faisait fondre la glace, ce n’était pas suffisant pour plonger quelqu’un dans le lac. La peur s’est vite envolée. J’ai profité comme il se doit de cette patinoire géante, permise par les grands froids des jours précédents. Un moment fort sympathique !

Lily.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *