Val déménage


Un déménagement comporte plusieurs étapes, qu’elles soient organisationnelles ou administratives. Et soyons honnêtes, ces étapes sont toutes… très chiantes. Que celui qui aime faire des cartons à longueur de journée pendant deux semaines (minimum) me coupe la tête ! Je crois qu’il n’est pas encore né.

Les étapes organisationnelles épuisent, physiquement parlant. Parce que faire des cartons, c’est comme travailler à la chaîne en usine : déplier le carton, le scotcher, le retourner, le remplir, le fermer, le scotcher à nouveau et le porter, le cas échéant. Et ça, un nombre incalculable de fois. Évidement, quand vous vivez dans un 80 m², les cartons s’empilent encore et encore.

Et à côté, vous avez les étapes administratives. Les plus drôles ! (Lisez cette dernière phrase avec un ton ironique.) En effet, à l’aire d’Internet, tout se complique. Avant, quand vous déménagiez, vous appeliez le responsable d’un service (électricité, gaz, eau) et en un tour de main, tout était réglé. Aujourd’hui, vous passez 45 minutes au téléphone à chaque fois, et encore plus si vous devez les rappeler parce que la personne au bout du fil est incompétente. L’exemple qui suit est particulièrement édifiant !

Dans la cuisine, j’ai une gazinière (oui, je sais, je suis restée à l’air Cro-Magnon, mais je m’en fiche). Donc forcément, si je veux la conserver, je dois résilier mon contrat gaz actuel et en signer un autre, afin d’avoir le gaz dans le nouvel appartement. Lors du premier appel, le type me dit que je dois lui communiquer le numéro du compteur de gaz. Je prends donc contact avec la gardienne de ma future habitation et j’obtiens ledit numéro. Je rappelle le fournisseur. Cette fois, la personne m’informe que tous les techniciens sont partis, vue l’heure “tardive” (il était 17h30). J’accepte, tant bien que mal, la situation, légèrement paniquée en voyant que mon déménagement est trois jours plus tard. Et c’est là que vous allez rire (ou pleurer, c’est selon) : lors de mon troisième (et dernier) appel, je déchante. Ils ne trouvent plus mon compteur ! Attendez les mecs, il a pas disparu du jour au lendemain, hein… Si vous le trouviez la veille, il ne s’est pas envolé. On est pas chez Happy Potter ici !

Et ce fut une histoire similaire avec la ligne fixe. Autant dire que j’ai abandonné mon ancien numéro et le gaz. Parce que courir après des branquignols, je n’ai pas que ça à faire…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *