Littérature : Glacé, un thriller à glacer le sang


Premier roman, premier succès ! Bernard Minier signe une arrivée triomphante parmi les écrivains français. Avec Glacé, il plonge le lecteur au cœur de sa région natale. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.

glacéDans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise. Ce même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

De son écriture fluide, Bernard Minier guide le lecteur dans les antres les plus sombres d’une vallée pyrénéenne isolée. Il utilise un point de vue interne, qui lui permet d’entretenir le suspense jusqu’à la dernière ligne, d’autant que la peur du personnage se transmet au lecteur. Ce dernier avance au même rythme que les personnages. Il s’inscrit dans le processus d’enquête, comme s’il était le témoin visuel de tous les faits écrits. Il est d’autant plus absorbé que la tension est permanente, et ne cesse de s’accroître au fil des pages, notamment par les cliffhanger à répétition. Dès lors, il n’a qu’un seul désir : connaître les réponses à toutes les questions en suspens. Questions soulevées par des personnages glaçants, des coupables en puissance. Tous les personnages, sans exception, apparaissent comme suspects, un à un. Les réponses se dessinent par le biais d’éléments éparpillés dans le roman. Un détail peut cacher une clé de l’énigme. Parfois, le fantastique fait une percée remarquée. Et si l’impossible devenait possible ? De là à rendre fou le lecteur, autant que les personnages. Bernard Minier n’épargne aucunement ses héros. Ces derniers sont engloutis dans les ténèbres, impuissants.

Des bémols, toutefois. Parmi eux, le manque de précisions lors des dialogues. Le lecteur peut se sentir perdu. Qui parle ? La relecture du passage s’impose, hachant l’histoire. Autre bémol à souligner, une fin nettement moins dense et intense que le roman.

©Bruno Levy

©Bruno Levy

De fausses pistes en faux coupables, Bernard Minier offre un thriller de haute voltige aux passionnés de romans policiers sombres. Glacé est une immersion grandiose dans l’horreur. Un véritable coup de maître.

Glacé est le premier roman de Bernard Minier, sorti en 2011. Originaire de Béziers (Hérault), il a grandi dans les Pyrénées. Avant d’écrire ce thriller réussi, il était contrôleur principal des douanes. Il vit aujourd’hui en région parisienne avec sa femme et leurs deux enfants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *