Écritures spontanées #2 : La page blanche


Ces écritures spontanées ont été rédigées dans le cadre du cours Critique de théâtre (L2 – Arts du spectacle, Université de Nanterre).

C’est l’angoisse de l’écrivain… La peur au ventre… Le stresse monte… Les mains tremblent… Les idées se mélangent, et rien ne paraît précis. La page reste obstinément blanche. C’est le trou noir… Le cœur se serre… Respiration difficile… C’est un cauchemar !! Mais la page reste blanche. Ce qui est sûr, c’est qu’elle a la mémoire des formes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *